Rentrée scolaire 2021 : un protocole sanitaire anxiogène, qui renforce les inégalités sociales
Partager

Partagez ce contenu...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Alors que plus de 6 millions d’élèves du premier degré doivent effectuer leur rentrée scolaire ce jeudi 2 septembre 2021, le gouvernement multiplie les effets d’annonces médiatiques et les petites phrases méprisantes concernant l’utilisation de la prime de rentrée scolaire, au lieu d’assurer de bonnes conditions de rentrée pour l’ensemble des élèves et du personnel éducatif. Europe Écologie Les Verts s’inquiète qu’à nouveau, les jeunes payent un lourd tribut à la crise sanitaire et à sa gestion, alors qu’ils sont déjà très impactés par les mesures sanitaires.

Le gouvernement n’a manifestement pas profité de la période estivale pour élaborer, avec l’ensemble des acteurs concernés, un protocole sanitaire adapté, inclusif et non discriminant. Les mesures proposées sont à la fois disproportionnées, injustes et inadaptées localement.

La mesure maintenue de fermeture des classes dès le premier cas positif déclaré est emblématique. Elle risque de provoquer, comme en février dernier, une situation chaotique et socialement injuste.  Mécaniquement, le virus va circuler chez les enfants qui sont la partie, non vaccinée, de la population et donc inéluctablement conduire à de nombreuses fermetures avec toutes les conséquences pour le suivi scolaire des jeunes et l’impact sur leur famille. 

Or, un test positif au coronavirus nécessite la mise en place de la stratégie “tester, tracer, isoler” c’est-à-dire d’informer les cas contacts, les tester et si besoin les  mettre en quarantaine durant  7 jours. Ces mesures impliquent donc, pour être efficaces et non discriminatoires, que soient mobilisés les moyens tant au niveau des rectorats que des Agences régionales de santé et des collectivités territoriales concernées. 

Nous connaissons les dommages collatéraux de la déscolarisation, notamment pour les enfants des milieux les plus défavorisés : retards pédagogiques, dégradations alarmantes de la santé physique, sociale, psychologique et psychiatrique. D’autre part, nous savons que l’éviction des élèves non vaccinés, touchera prioritairement les jeunes des milieux les plus défavorisés. 

Enfin, le protocole a été mis en place sans concertation des enseignants, ni même des chefs d’établissement. Ils et elles ont appris par voie de presse le protocole sanitaire de cette rentrée scolaire, comme si aucune leçon n’avait été tirée des précédents épisodes. L’attitude et les récentes déclarations de Jean-Michel Blanquer nous apparaissent encore une fois indignes de la fonction du Ministre de l’Éducation nationale.

Le corps enseignant, fortement vacciné, a pourtant de son côté fait preuve d’un grand sens des responsabilités et n’a pas ménagé sa peine depuis le début de la crise pour pallier l’impréparation du Ministère de l’Éducation nationale.

Face à cette situation,  Europe Ecologie Les Verts demande au gouvernement :

  • L’adaptation de la mesure entraînant la fermeture des classes en primaire après un cas détecté pour privilégier la stratégie “tester, tracer, isoler” avec tous les partenaires concernés et accueillir le plus possible les enfants à l’école ; 
  • la suppression de la mesure discriminante et stigmatisante « d’éviction » d’un jeune non vacciné dans les collèges et lycées, mesure contreproductive qui s’apparente à une obligation vaccinale ; 
  • la mise en place de protocoles adaptés pour les enfants à besoins spécifiques avec les équipes éducatives locales ; 
  • le maintien des protocoles dans les cantines ; 
  • des moyens pour informer et encourager la vaccination rapide des enseignant·es et des élèves du secondaire ;
  • pour remédier aux difficultés scolaires qui se sont creusées durant la pandémie de recruter massivement du personnel (enseignants, animateur-trice périscolaire, AESH, agents, etc.) ;
  • de renforcer la médecine scolaire et les psychologues scolaires pour apporter aux enfants en difficulté une réponse rapide et prévenir les conséquences psychologiques, scolaires et sanitaires de la crise.